Actualités

Le marché de l’immobilier en Bretagne à la mi-2023

Publié le 17 mai 2023

Bénéficiant d’une excellente perception auprès des Français, la Bretagne a connu deux années particulièrement tendues à la suite des années Covid. Néanmoins, la situation économique actuelle et la hausse du taux de crédit ont abouti à une relative stabilité du marché. On observe même une tendance baissière dans certaines villes. Néanmoins, plusieurs villes côtières continuent d’observer une hausse du prix de vente dans l’ancien et dans le neuf.

Chute des permis de construire délivrés en Bretagne

Comptant parmi les principaux indicateurs du marché immobilier en Bretagne, le nombre de permis de construire délivrés au cours de ces derniers mois a considérablement baissé.

La conjoncture actuelle occasionnée par la guerre en Ukraine, mais aussi la hausse progressive du taux de crédit accordé par les banques, pèse sur le marché du neuf. Ainsi, sur un an, on a constaté un recul de 27 % du nombre de permis sur le territoire breton. Parmi toutes les régions de France, la région a enregistré la plus forte baisse.

Après l’envolée des demandes à la suite du Covid-19 qui a occasionné une hausse de 36,5 % des mises en chantier en 2021, l’immobilier neuf en Bretagne connaît donc un frein.

Rennes : une baisse qui se confirme

Selon les chiffres fournis par les chambres des notaires d’Ille-et-Vilaine, le prix de l’immobilier à Rennes a enregistré une baisse comprise entre 2 % et 3 % au cours du premier trimestre de cette année. Ces données viennent confirmer une tendance qui s’est amorcée au dernier trimestre 2022. La hausse vertigineuse à la suite de la crise sanitaire a ainsi pris fin.

Sans anticiper un effondrement des prix, les agences immobilières s’attendent pour les prochains mois à la poursuite de cette baisse sur le marché rennais. Pour les acheteurs, la mi-2023 est un moment propice pour acquérir un bien dans la cité historique bretonne.

Brest : un prix de vente qui continue de grimper

À contre-courant de nombreuses villes françaises, l’immobilier à Brest continue d’afficher des prix de vente à la hausse au cours du premier semestre 2023. Selon les chiffres affichés par la Fnaim (fédération nationale de l’immobilier), le coût médian d’un mètre carré est de 2.270 euros par m², soit une hausse de 1,4 % sur un an et de 0,4 % sur un trimestre. Cette tendance lente, mais certaine devrait se conformer pour les mois à venir.

Le prix de la location à Brest suit également la tendance haussière de la vente immobilière. Le loyer moyen affiche ainsi 10 euros/m² en avril, soit une augmentation de 4,3 % sur un an. Le dynamisme économique de la ville portuaire compte parmi les arguments qui attirent acheteurs et les vendeurs. À cela s’ajoutent ses infrastructures culturelles et sociales. 

Brest : un prix de vente qui continue de grimper

Alors que de nombreux habitants de la Bretagne ont reproché aux acheteurs parisiens de s’approprier les biens de la région, une récente étude de l’Insee a permis de démontrer que les Bretons eux-mêmes demeurent majoritairement propriétaires. Au total, 12 % des logements sont classés en résidences secondaires. Avec ce chiffre, cette partie de l’Hexagone se place dans le Top 5 des régions qui en comptent le plus.

Selon des chiffres récents publiés par l’Insee, près de 43 % des propriétaires de maisons secondaires de la région sont des Bretons. Cela tord donc le cou à l’image erronée du Parisien qui s’accapare le territoire. Les propriétaires originaires de l’Ile-de-France détiennent 30 % des résidences secondaires bretonnes.

À titre d’information, les deux tiers des résidences secondaires sont situés dans les zones littorales, à moins de deux kilomètres de la côte.

Quelle prédiction pour le marché immobilier breton à la mi-2023 ?

En dehors des îles à vocation touristique et quelques villes, dont Brest, le marché immobilier breton amorce doucement un recul pour ce premier semestre 2023. La forte hausse occasionnée par la crise sanitaire est ainsi endiguée. Les acheteurs qui souhaitent se porter acquéreurs d’un appartement ou d’une maison auront aujourd’hui une plus grande marge de négociation pour les zones les moins tendues.

Le recul du marché immobilier en Bretagne est également lié à la hausse du taux de crédit accordé par les banques. D’ailleurs, les profils les plus modestes et les primo-accédants ont aujourd’hui de plus en plus de mal pour obtenir un prêt immobilier. À cela s’ajoute enfin la perte globale du pouvoir d’achat des Français, les amenant à se recentrer sur les dépenses courantes. Conjugué au prix élevé des biens bretons, le recul du marché est inéluctable.

Découvrez notre nouveau site de location de vacances en presqu’île de Crozon !

Réservez dès maintenant vos vacances à Crozon ! Nous sommes ravis de vous annoncer le lancement de notre...

Lire la suite

Livraison programme OPALINE : logements neufs à Brest

Le programme   Courant janvier le pôle promotion de Barraine Immo...

Lire la suite
Haut de page

Comparateur de biens (0/3)

COMPARER
Comparateur de biens (0/3)
Tout supprimer